Comment fumer du cannabis ?

Vous êtes donc enfin prêt à essayer le cannabis pour la première fois, ou peut-être que la dernière fois que vous avez fumé remonte à quelques années et vous êtes maintenant prêt à recommencer. Quoi qu’il en soit, l’idée même peut sembler un peu effrayante avec toutes les rumeurs sur la force de l’herbe et les chroniqueurs qui ne font qu’en parler pendant des heures de nos jours. Suite à tout cela, vous vous demandez certainement par où commencer ? Et comment pouvez-vous fumer du cannabis en toute sécurité? D’abord, nous tenons à vous rassurer ; ensuite, sachez que nous pouvons vous aider à rendre votre première expérience de cannabis plus agréable que vous ne pouvez l’imaginer.

Dans ce guide, nous vous aiderons à déterminer la souche, le dosage et la méthode pour fumer du cannabis de façon approprié pour une première expérience positive.

1. Comprendre Les Bases

Bien qu’il soit tentant de simplement manger une brownie infusée au cannabis, nous ne vous recommandons pas de le faire ; car les effets associés au cannabis ingéré ont un temps d’apparition retardé. Ces effets durent beaucoup plus longtemps que les autres méthodes de consommation et peuvent être beaucoup plus intenses.

La méthode de consommation recommandée pour les utilisateurs novices consiste à fumer ou à vaporiser le cannabis. Cette méthode est la plus appropriée tout simplement parce que le contrôle de la posologie est relativement facile par rapport à d’autres méthodes de consommation. Fumer du cannabis est la méthode traditionnelle connue de tous, et elle consiste à inhaler la fumée dégagée par les bourgeons chauffés.

Pour fumer votre cannabis, vous pouvez l’emballer dans un tuyau ou le rouler dans un joint. Un bang est une autre alternative qui se traduit par le coup le plus doux, car la fumée est filtrée à travers l’eau avant d’être inhalée. Par contre l’intensité d’un coup de bang n’est pas recommandée pour les utilisateurs novices. Si vous trouvez que les effets du tabagisme sont trop intenses pour vous, alors nous vous suggérons la vaporisation comme alternative plus douce.

Pour ceux qui cherchent à éviter l’irritation respiratoire potentielle causée par le tabagisme, nous recommandons de vaporiser pour la première fois. Un vaporisateur est un appareil qui chauffe les têtes et/ou les concentrés de cannabis à une température spécifique (inférieure) ; ce qui provoque l’évaporation des cannabinoïdes (composés bénéfiques comme le THC et le CBD) stockés dans les trichomes de la plante dans un gaz sans brûler de matière végétale. D’après notre expérience, la vaporisation fournit un effet plus indulgent, gérable et doux que de fumer du cannabis.

·      La sélection des souches

Si vous vous sentez bien dans la voie du vaporisateur, n’oubliez pas que le liquide doré dans votre cartouche de vaporisateur est simplement une version concentrée et extraite des têtes de cannabis d’origine et devrait être étiqueté au moins indica, sativa ou hybride. Certaines cartouches peuvent contenir plusieurs souches, tandis que d’autres seront spécifiques à la souche. Le plus important, ce sont les termes clés à comprendre : indica et sativa. Ces termes sont utilisés pour décrire les deux principales espèces de la plante de cannabis qui induisent des effets nettement différents.

Le choix entre les variétés de cannabis indica et sativa dépend des effets souhaités. Ceux qui recherchent une expérience optimiste, concentrée et créative, devraient sélectionner une variété à dominante sativa. Alternativement, ceux qui recherchent des effets relaxants, induisant l’appétit et sédatifs devraient choisir une variété à dominante indica. Ceux qui recherchent une bonne fumée à tout moment avec un effet plus équilibré devraient essayer une souche hybride (qui combine des éléments des espèces indica et sativa tout au long du processus de sélection).

·      Le dosage

Pour les fumeurs débutants, une ou deux inhalations suffisent pour ressentir les effets puissants du THC. Nous recommandons aux débutants d’attendre 15 à 20 minutes après avoir fumé avant de décider prendre des inhalations supplémentaires ; car les effets peuvent devenir plus prononcés au cours de cette période. Au fur et à mesure que vous vous habituez à votre dose préférée, vous pouvez prendre des coups supplémentaires pour un effet plus fort. Cependant, vous ne devriez jamais vous sentir obligé de terminer un bol ou un joint, vous pouvez toujours y revenir. Si votre seule option est d’ingérer du cannabis, nous vous recommandons de commencer avec une dose de 5 mg de THC. Le métabolisme de chacun est différent et a donc une réaction différente aux produits comestibles. L’important est d’attendre après avoir ingéré car le début peut prendre jusqu’à DEUX HEURES. À mesure que vous vous familiariserez avec votre tolérance alimentaire, il sera plus facile d’ajuster la posologie.

2. Comment allumer correctement un joint ?

Comme tant d’autres parties du processus de roulement des joints, chacun a son propre style d’allumage de son joint. Non seulement vous avez quelques options en ce qui concerne la source d’allumage, mais il y a aussi un peu de technique impliquée pour obtenir une combustion uniforme avec une cerise puissante dès le début.

Certains fumeurs de cannabis préfèrent les briquets traditionnels, tandis que d’autres préfèrent la mèche de chanvre plus naturelle pour éliminer l’inhalation de carburant. Mis à part les préférences personnelles, nous pouvons vous aider à allumer correctement votre joint à combustion lente que vous avez travaillé si dur à rouler ! Peu importe ce que vous allumé, vous devez savoir que seul la patience est la clé!

·      Créez lentement la cerise dans votre joint (très important à faire)

Même le joint le mieux roulé peut être saboté par un allumage hâtif ! Pour allumer un joint qui fume lentement et uniformément, commencez par appliquer une flamme uniquement sur la pointe tout en tournant lentement le joint entre vos doigts.

L’objectif est de créer une cerise à l’extrémité de votre joint qui brûlera uniformément sur la longueur du joint. Pour cela, soyez patient! C’est tout à différent de l’allumage d’une cigarette, car la création d’une cerise sans inhalation prend généralement un peu plus de chaleur et de temps. Une fois que la cerise est bien démarrée, vous pouvez utiliser une combinaison d’inhalation et d’application de flamme supplémentaire pour arrondir et égaliser au besoin. Après les premiers coups, un joint correctement éclairé continuera de brûler uniformément.

·      Evitez d’inspirer pendant l’allumage de votre joint

Appliquer une flamme sur la pointe du joint pendant l’inhalation peut sembler la bonne chose à faire, car cela ressemble à la façon dont les cigarettes sont allumés. Cependant, vous devez savoir qu’ici, il s’agit du cannabis et non de tabac, donc la technique ne se transmet pas aux joints comme vous le pensez. Quoi que vous fassiez, assurez-vous d’avoir une source de chaleur à votre disposition! Bien que cela puisse sembler évident, nous pouvons presque garantir que le manque d’un briquet peut stopper plus d’une de vos opérations conjointes d’étincelles.

·      Astuce de pro pour allumer un One-Hitter

Un one-hitter est une pipe allongée avec un très petit bol qui constitue une excellente alternative lorsque vous n’avez pas de joint à portée de main ou que fumer n’est pas pratique pour vous. Avec un tuyau comme celui-ci, vous n’avez pas à vous soucier de surcharger le bol, car la quantité d’herbe est si petite. Il est plus facile d’allumer un bol sans se brûler les doigts lors de l’utilisation d’un frappeur!

3. Comment Fumer le cannabis sans tousser ?

La plupart des gens n’ont jamais réellement «appris» à respirer dans le sens traditionnel du terme. C’est l’une des premières choses que vous faites à chaque moment, et c’est à partir de là que vous avez tout sous-contrôle à partir de là. La respiration est un processus inconscient qui se produit plus de 20 000 fois par jour. Il s’avère que la façon dont vous respirez peut mériter une certaine attention : non seulement la façon dont vous respirez affecte la façon dont vous vous sentez (à la fois physiquement et émotionnellement) ; mais elle joue également un rôle essentiel dans l’inhalation correcte lorsque vous vous mettez à fumer du cannabis.

Personne n’aime s’étouffer et tousser à chaque fois qu’il fume ; c’est pourquoi nous nous engageons à diffuser les informations dont vous avez besoin pour vous apprendre à respirer correctement lorsque vous fumez du cannabis. L’utilisation de ces techniques vous aidera à devenir plus fort à chaque coup et à tousser moins.

Nous avons littéralement essayé des dizaines de techniques pour trouver la meilleure façon de frapper un bang ou de tirer un joint sans tousser. Toutefois, quelle que soit la façon dont vous préférez fumer le cannabis, nous vous aiderons à apprendre à fumer sans tousser. Comme vous, tout le monde veut prendre des coups fluides et puissants et expirez calmement sans tousser. Découvrez ci-dessous comment procèder.

·      Utilisez un broyeur pour mieux broyer votre cannabis

Vous le savez peut-être déjà, mais la façon dont le cannabis est broyé est la clé de la qualité de votre expérience de fumer, que vous choisissiez un bang, un émoussé ou une vape. L’utilisation d’un broyeur est impérative car elle garantit une mouture uniforme et fine ; ce qui en retour crée un bol à combustion douce avec une bonne circulation d’air qui évite les «points chauds» ou les obstructions.

·      Aspirez d’abord la fumée dans votre bouche avant de l’inhaler dans vos poumons

Lorsque vous fumez des joints de cannabis ou des blunts, il est essentiel que vous aspiriez la fumée dans votre bouche avant de l’inhaler dans vos poumons. Cela permet au cannabis roulé de brûler plus uniformément ; ce qui offre un coup plus doux et plus agréable. Le processus est similaire comme si vous fumez un cigare ; utilisez d’abord vos joues pour attirer la fumée dans votre bouche. Cependant, avant cela, la première chose sur laquelle nous devons tirer votre attention est la respiration diaphragmatique. Également connue sous le nom de respiration abdominale ou respiration profonde, cette technique est conçue pour vous aider à utiliser correctement le diaphragme lors de l’inspiration et de l’expiration.

Votre diaphragme est le muscle souvent ignoré mais extrêmement important qui se trouve sous vos poumons ; en se dilatant et en se contractant, ils aspirent et expulsent l’air. La plupart des gens sous-utilisent largement cet organe vital! L’utilisation de la respiration diaphragmatique vous aidera à établir un processus de respiration plus contrôlé et à développer une mémoire musculaire pour la maintenir plus rapidement.

Il existe pour ça plusieurs exercices que vous pouvez effectuer à la maison jusqu’à ce qu’ils deviennent une seconde nature ; mais l’un des plus faciles consiste à poser votre main sur votre ventre en étant assis ou couché confortablement. Inspirez lentement, sentez votre ventre se dilater en se remplissant d’air. Ensuite, lorsque vous êtes prêt, expirez lentement, en sentant votre diaphragme pousser l’air hors de vos poumons. Répétez ce processus pendant plusieurs minutes, en vous concentrant uniquement sur votre respiration et les mouvements de votre ventre pendant que vous le faites.

Lorsque vous commencez à pratiquer votre respiration diaphragmatique, utilisez un simple compte « 4-2-4 ». Inspirez doucement pendant quatre secondes, faites une pause brièvement pendant deux secondes et expirez doucement pendant quatre secondes. Répétez cette séquence 10 fois, 3 fois par jour pour créer un nouveau schéma respiratoire dans votre subconscient. Vous pouvez ensuite l’appeler à chaque fois que vous fumez du cannabis.

Lorsque vous évaluez si vous trouvez qu’il est facile ou difficile d’inhaler correctement la fumée, considérez d’où vient l’aspiration. Tirez-vous la fumée dans votre bouche (comme vous le feriez avec un cigare) ou inhalez-vous la fumée directement dans vos poumons? Les deux techniques sont techniquement correctes ; mais elles sont généralement appliquées à différentes méthodes de consommation. Quelle que soit la façon dont vous aimez fumer le cannabis, avec ces techniques, vous parviendrai à fumer efficacement.

·      Inhalez lentement et de façon stable la fumée, comme vous respirez pendant le cours de yoga

Lorsque vous fumez votre cannabis, vous n’avez pas besoin d’inhaler la fumée avec une quelconque force, rythme ou agression. L’inhalation la plus douce attirera la fumée dans vos poumons. Pensez aux respirations que vous avez en cours de yoga, en méditation ou en prière. Laissez la fumée remplir vos poumons lentement et doucement.

·      Injectez de l’oxygène frais dans vos poumons avec la fumée

Il est crucial d’injecter de l’oxygène frais dans vos poumons avec la fumée. Si vous fumez avec un stylo vape naturellement lisse comme le Pax 3, vous inhalez la fumée directement dans vos poumons. Si vous fumez un joint, un spliff, ou un émoussé ; assurez-vous d’abord d’attirer la fumée dans votre bouche, puis de la transporter dans vos poumons avec une bouffée d’air frais. Alternativement, si vous fumez un bang ou une pipe (ou toute autre chose avec un glucide), assurez-vous de laisser une certaine capacité pulmonaire avant de tirer le bol ou de libérer le glucide ; ce qui introduit de l’air frais dans le hit. Cet oxygène frais refroidira vos poumons et pourra réoxygéner votre corps en même temps que l’apport de cannabinoïdes.

·      Ne retenez pas longtemps la fumée dans vos poumons

Beaucoup de gens essaient de retenir la fumée dans leurs poumons, pensant qu’ils doivent «lui donner le temps de travailler». Cette idée est complètement fausse. Vous n’avez pas besoin de retenir la fumée. Dès que vous inspirez, les cannabinoïdes sont absorbés par votre corps. Cette «ruée» accrue ressentie par les personnes qui retiennent leurs coups est due à la privation d’oxygène et non à une meilleure absorption du THC. Inspirez-le et expirez-le tout simplement.

·      Inspirez et expirez au même rythme lorsque vous fumez votre cannabis

Permettez à votre expiration de se produire aussi doucement que votre inspiration. Sans la pression supplémentaire de retenir la fumée, vous devriez constater que vous avez plus de contrôle sur votre expiration. Vous pouvez pratiquer cette séquence de respiration calme avant votre prochain coup de fumée !

D’après nos expériences, les personnes qui luttent particulièrement contre la toux font l’une des deux choses suivantes : soit elles retiennent la fumée trop longtemps, soit elles n’arrivent pas à introduire de l’oxygène frais à chaque coup rempli de fumée. Gardez à l’esprit que les conseils ci-dessus s’appliquent également aux variétés riches en CBD. Même si elles ne vous feront pas «planer» comme la fleur de cannabis ; la fleur de chanvre biologique crue peut vous fournir un soulagement puissant, à action rapide d’une variété de symptômes dans un format complet de plante entière familier aux fumeurs de cannabis.

4. Comment couvrir l’odeur du cannabis : voici quelques conseils utiles

Le cannabis est une plante merveilleuse que beaucoup de personne apprécient. Cependant, pendant que beaucoup trouvent l’odeur du cannabis réconfortante et teintée d’aventure, il y en a qui trouvent l’odeur plutôt gênante. L’odeur est une chose subjective, et même si nous ne pensons pas que le cannabis sent mauvais en soi, son parfum à tendance à persister.

Si vous ou quelqu’un autour de vous a été marqué par l’odeur de ces herbes, cela pourrait entraîner des conséquences assez graves, selon l’endroit où vous vivez. Alors, comment pouvez-vous couvrir l’odeur du cannabis afin qu’il ne soit pas facilement reconnaissable? Si vous vous sentez inquiet ou nerveux pendant ou après avoir fumé du cannabis, voici quelques conseils pour vous aider à profiter de votre cannabis en toute discrétion et sans peur.

Afin de maintenir une discrétion maximale, il est important de déployer quelques conseils intelligents pour fumer sans trop sentir du cannabis. Gardez à l’esprit que l’odeur est subjective. Bien que certains de ces conseils semblent simples, vous seriez surpris de leur efficacité, en particulier lorsqu’ils sont combinés.

·      Astuce pour un vaporisateur

La méthode la plus simple pour fumer le cannabis discrètement est d’avoir un vaporisateur portable. Vous pouvez les remplir de fleurs ou de concentrés (selon le style particulier de votre vape), les transporter facilement pendant les voyages en avion et éviter les épais nuages ​​de fumée ou les parfums évidents à la maison et en déplacement. Certains vaporisateurs portables sont même conçus d’après des stylos à encre afin de se fondre dans la vie quotidienne. Selon nos expériences, les stylos concentrés produisent beaucoup moins d’odeur que les stylos vaporisateurs à feuilles mobiles.

·      Astuce pour stocker correctement votre cannabis

En tant que passionnés de cannabis, nous savons que le cannabis n’a pas nécessairement besoin d’être allumé et fumé avant de dégager une odeur puissante. Nous vous recommandons de stocker votre produit dans un contenant hermétique qui ne permettra pas à son odeur de coller à vos affaires, ni de compromettre sa qualité. L’utilisation de contenants anti-odeurs ou absorbant les odeurs est idéale ; mais pour conserver les précieux cannabinoïdes de votre cannabis, stockez-les dans un pot Mason teinté. Gardez votre pot à l’abri de la lumière directe du soleil et dans un endroit à faible humidité pour le protéger contre le développement de moisissures ; cela empêche également l’odeur de s’échapper.

·      Astuces pour masquer les particules de cannabis se trouvant dans l’air ambiant

Un purificateur d’air pourrait s’avérer efficace car il a la capacité d’éliminer rapidement l’odeur des mauvaises herbes (et d’autres allergènes dans l’air) qui ont tendance à s’infiltrer dans les tapis, les murs et les meubles. Ils peuvent être coûteux, mais constituent un investissement intéressant. Avant de commencer à fumer le cannabis, il vous suffit de brancher et d’allumer ce petit sauveteur et de vous préparer au décollage. Alternativement, beaucoup de gens construisent ce qu’on appelle un «sploof», un simple appareil à travers lequel la fumée est soufflée dans le but de masquer son odeur avec d’autres odeurs. En règle générale, cela se fait en prenant le tube en carton d’un rouleau de papier toilette ou de serviettes en papier et en poussant un tas de feuilles de sécheuse froissées à l’intérieur. Les feuilles sécheuses agissent comme des filtres pour la fumée, ce qui donne un parfum moins puissant. Si vous suivez cette voie, utilisez des feuilles de séchage parfumées. La variété non parfumée n’est pas aussi efficace pour masquer l’odeur. Une question courante que nous entendons souvent est «dois-je acheter un sploof professionnel pour obtenir les meilleurs résultats», la réponse est: Non! Faire le vôtre chez vous à la maison est une méthode éprouvée que les collégiens, les adolescents et les parents inquiets utilisent depuis des années.

Alternativement, si vous recherchez une option plus naturelle (autre que l’extérieur) ; vous pouvez opter pour des huiles essentielles diffusables, des bougies, de l’encens ou du pot-pourri. Vous pouvez également essayer la vieille astuce «serviette humide sous la porte» ou utiliser un bouchon de tirage de porte. Ces méthodes peuvent ne pas repousser complètement l’odeur du cannabis, mais devraient au moins être en mesure de garder l’odeur.

·      Avoir une bonne ventilation

L’odeur est généralement plus perceptible dans des conditions stagnantes, donc une bonne ventilation en place est un must. Cela est particulièrement vrai lorsque vous fumez à l’intérieur avec peu ou pas de fenêtres. S’assurer que vous avez une quantité suffisante d’air frais qui traverse votre maison est l’un des meilleurs moyens de débarrasser l’odeur des mauvaises herbes. L’utilisation d’un appareil de filtration d’air tel qu’un système CVC (chauffage, refroidissement et ventilation) est aussi une façon de le faire.

Si vous n’en possédez pas et ne cherchez pas à en acheter un prochainement, vous pouvez minimiser l’arôme du cannabis en ouvrant quelques fenêtres ou en utilisant un ventilateur. Voici un petit hack: fixez votre ventilateur de boîte dans votre fenêtre, face à l’extérieur du seuil et placez-le en hauteur. Cela invitera non seulement plus d’air frais à l’extérieur, mais donnera la possibilité de créer une abondance de flux d’air naturel.

·      Gardez votre environnement propre

Cela peut sembler commun, mais le nettoyage fréquent des tapis, des draps et même des vêtements peut vraiment aider à couvrir l’odeur des heures supplémentaires de cannabis. Des odeurs stagnantes persistent et peuvent parfois vivre dans une pièce plus longtemps que prévu. Cela vaut également pour les parfums sur les vestes, simplement parce que vous avez amené votre tabac à l’extérieur ne signifie pas que le parfum est entièrement supprimé de vous.

·      Lavez-vous les mains

Souvent, vos mains prennent un parfum de cendrier après avoir fumé, ce qui est un cadeau mort à chaque fois. Dès que vous avez fini de fumer ou de vapoter votre cannabis, un lavage rapide des mains enlèvera de nombreux contaminants qui pourraient se retrouver sur vos doigts pendant le processus de meulage, de chargement, de roulement, d’allumage et de nettoyage. Si vous êtes pressé, vous pouvez utiliser un généreux gant de désinfectant pour les mains ou même une lingette pour bébé pour nettoyer vos mains des particules qui causent les odeurs.

Maintenant que vous connaissez ces conseils pour couvrir l’odeur du cannabis, vous êtes en passe de devenir un pro du masquage de parfum! Bien que la plupart des conseils de cette liste soient excellents à intégrer à long terme, nous savons que vous voulez quelque chose qui fonctionne à la rigueur. Notre méthode rapide et efficace est : fenêtres ouvertes, sprintz de Veil et maintien de vos draps propres.

Francis Masson

Passioné de jardin, botaniste depuis ma plus jeune enfance, j'anime ce blog depuis maintenant 10 ans. Fondateur du site semonslabiodiversite.org avec plus de 350 articles à mon actif.