Pourquoi fumer du cannabis ?

Des années 1850 aux années 1930, le cannabis a commencé à devenir célèbre à des fins récréatives. Vu que fumer du cannabis a augmenté au fil du temps, la Loi sur les substances contrôlées de 1970 l’a classé comme un médicament inscrit sur la liste des drogues qui présentent une certaines caractéristiques selon la Drug Enforcement Agency (DEA). Il est donc naturel que des controverses aient surgi autour de l’usage du cannabis. Pour le rendre plus convivial pour la médecine, son ingrédient actif THC a été synthétisé en 1966 et finalement approuvé par la Food and Drug Administration des États-Unis en 1985.

En 1999, une étude parrainée par le gouvernement américain par l’Institute of Médicine a révélé les propriétés bénéfiques du cannabis (marijuana) dans certaines conditions médicales telles que les nausées causées par la chimiothérapie et l’émaciation causée par le sida. Depuis 1999, un certain nombre d’études ont été menées pour montrer que fumer du cannabis a des effets réducteurs de douleur. En 1996, la Californie est devenue le premier État à légaliser l’utilisation de la marijuana à des fins médicales, et environ 24 États ont maintenant une législation sur la consommation de la marijuana. Dans la suite de cet article, nous allons vous montrer quelques raisons bénéfiques pour lesquelles les gens aiment fumer du cannabis.

1. Fumer du cannabis ralentis et empêche les cellules cancéreuses de se propager

Il a été découvert dans l’étude publiée dans la revue Molecular Cancer Therapeutics que le cannabidiol a la capacité d’arrêter le cancer en désactivant un gène appelé Id-1. En 2007, des chercheurs du California Pacific Medical Center de San Francisco ont rapporté que le CBD pouvait empêcher le cancer de se propager. Les chercheurs ont ainsi expérimenté le cannabidiol  sur des cellules cancéreuses du sein qui avaient un niveau élevé d’Id-1.

Le résultat était plutôt positif, les cellules avaient diminué l’expression de Id-1 et étaient des épandeurs moins agressifs. En fait, l’American Association for Cancer Research a découvert que le cannabis fonctionne réellement pour ralentir considérablement la croissance des tumeurs dans le cerveau, le sein et les poumons.

2. Fumer du cannabis aide à prévenir la maladie d’Alzheimer

Le THC, l’ingrédient actif présent dans le cannabis ralentit la progression de la maladie d’Alzheimer, selon une étude menée en 2006 par Kim Janda du Scripps Research Institute. Le THC ralentit ainsi la formation de plaques amyloïdes en bloquant l’enzyme dans le cerveau qui les produit. Ces plaques tuent les cellules du cerveau, ce qui entraîne la maladie d’Alzheimer.

3. Fumer du cannabis aide à traiter le glaucome

La marijuana peut être utilisée pour traiter le glaucome, qui augmente la pression dans le globe oculaire ; endommageant le nerf optique et provoquant une perte de vision. Selon le National Eye Institute, la marijuana abaisse la pression à l’intérieur de l’œil. Des études menées au début des années 1970 ont montré que fumer la marijuana aide à abaisser la pression intraoculaire (PIO) chez les personnes ayant une pression normale et celles atteintes de glaucome. Ces effets peuvent aussi prévenir la cécité.

4. Soulagement de l’arthrite

En 2011, les chercheurs ont rapporté que fumer du cannabis réduit la douleur, l’inflammation et favorise le sommeil ; ce qui peut aider à soulager la douleur et l’inconfort des personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde. Les chercheurs des unités de rhumatologie de plusieurs hôpitaux ont donné à leurs patients du Sativex, un médicament analgésique à base de cannabinoïdes. Après deux semaines, les patients sous Sativex ont eu une réduction significative de la douleur et une meilleure qualité de sommeil par rapport aux utilisateurs de placebo.

5. Contrôle des crises d’épilepsie

Une étude de 2003 a montré que le fait de fumer de la marijuana peut contrôler les crises d’épilepsie. De plus, il a été découvert que le THC contrôlait les crises d’épilepsie en liant les cellules cérébrales responsables du contrôle de l’excitabilité et de la régulation de la relaxation. Les résultats ont été publiés dans le Journal of Pharmacology and Experimental Therapeutics.

6. Fumer de la marijuana aide à soulager la douleur de la sclérose en plaques

La marijuana agit pour arrêter les effets neurologiques négatifs et les spasmes musculaires causés par la sclérose en plaques. Une étude publiée dans l’Association médicale canadienne suggère que la marijuana peut soulager les symptômes douloureux de la sclérose en plaques.

Jody Cory Bloom a étudié 30 patients atteints de sclérose en plaques avec des contractions douloureuses dans leurs muscles. Ces patients n’ont pas répondu à d’autres médicaments ; cependant, après avoir fumé de la marijuana pendant quelques jours, ils ont signalé qu’ils souffraient moins. Le THC dans le cannabis lie les récepteurs des nerfs et des muscles pour soulager la douleur.

7. Apaisement des tremblements des personnes atteintes de la maladie de Parkinson

Des études récentes en Israël montrent que fumer du cannabis réduit remarquablement les douleurs et les tremblements et améliore le sommeil des patients atteints de la maladie de Parkinson. Ce qui était impressionnant dans la recherche, c’était l’amélioration de la motricité fine chez les patients.

Il faut noter qu’Israël a légalisé la marijuana à des fins médicales, et de nombreuses recherches sur les utilisations médicales de ces herbes y sont effectuées, avec le soutien du gouvernement israélien.

8. Fumer du cannabis aide dans la guérison de la maladie de Crohn

Le cannabis peut être utile pour guérir la maladie de Crohn. La maladie de Crohn est un trouble inflammatoire de l’intestin qui provoque des douleurs ; des vomissements, de la diarrhée, une perte de poids, etc. Mais une étude récente en Israël a montré que le fait de fumer du cannabis réduisait considérablement les symptômes de la maladie de Crohn chez 10 patients sur 11 ; provoquant une annulation complète de la maladie chez cinq de ces patients.

Bien sûr, il s’agit d’une petite étude, mais d’autres recherches ont montré des résultats similaires. Les cannabinoïdes du cannabis semblent aider l’intestin à contrôler les bactéries et la fonction intestinale.

9. Diminution les symptômes du syndrome de Dravet

Le syndrome de Dravet provoque des convulsions et de graves retards de développement. Le Dr Sanjay Gupta, correspondant médical en chef de renom pour CNN, traite une fille de cinq ans ; Charlotte Figi, qui a le syndrome de Dravet, avec une souche de marijuana médicale riche en cannabidiol et pauvre en THC.

Au cours de la recherche de son documentaire «WEED», Gupta a interviewé la famille Figi et, selon le film ; le médicament a réduit ses crises de 300 par semaine à une seule tous les sept jours. Quarante autres enfants utilisent le même médicament, ce qui les a également aidés. Les médecins qui recommandent le cannabis disent que le cannabidiol dans la plante interagit avec les cellules du cerveau pour calmer les activités excessives dans le cerveau qui provoquent les crises.

10. Le fait de fumer du cannabis réduit les effets secondaires du traitement de l’hépatite C et augmente l’efficacité du traitement

Le traitement de l’hépatite C a des effets secondaires graves, si graves que de nombreuses personnes sont incapables de poursuivre leur traitement. Les effets secondaires vont de la fatigue, des nausées, des douleurs musculaires, une perte d’appétit et une dépression qui durent des mois.

Une étude de 2006 dans le European Journal of Gastroenterology and Hepatology a découvert que 86% des patients fumant de la marijuana ont terminé avec succès leurs thérapies ; tandis que seulement 29% des non-fumeurs ont terminé leurs traitements. En conclusion, il est possible que la marijuana aide à réduire les effets secondaires des traitements.

Le cannabis contribue également à améliorer l’efficacité du traitement. 54% des patients atteints d‘hépatite C qui fument de la marijuana ont vu leur taux viral bas et l’ont maintenu bas, contre seulement 8% des non-fumeurs.

11. Diminution de l’anxiété

En 2010, des chercheurs de l’Université de Harvard ont suggéré qu’un autre des avantages du cannabis pourrait être la réduction de l’anxiété ; ce qui améliorerait l’humeur du fumeur et agirait comme un sédatif à faible dose. Attention cependant, des doses plus élevées peuvent augmenter l’anxiété et vous rendre paranoïaque.

12. Fumer du cannabis aide à inverser les effets cancérigènes du tabac et à améliorer la santé pulmonaire

En janvier 2012, une étude publiée dans le Journal de l’American Medical Association a montré que la marijuana améliorait les fonctions pulmonaires et même augmentait la capacité pulmonaire. Les chercheurs à la recherche de facteurs de risque de maladie cardiaque, ont fait des tests sur 5115 jeunes adultes, sur une période de 20 ans. Ils ont découvert que seuls les fumeurs de cannabis ont montré une augmentation de la capacité pulmonaire, par rapport aux fumeurs de tabac qui ont perdu la fonction pulmonaire au fil du temps.

On pense que l’augmentation de la capacité pulmonaire est due aux respirations profondes prises lors de l’inhalation de la fumée du cannabis, et non à un produit chimique thérapeutique contenu dans l’herbe.

13. Fumer du cannabis réduit la douleur intense et les nausées de la chimio et stimule l’appétit

L’une des utilisations les plus courantes de la marijuana médicale est pour les personnes en chimiothérapie. Les patients cancéreux qui subissent une chimio souffrent de douleurs intenses, de nausées douloureuses, de vomissements et d’une perte d’appétit. Cela peut entraîner de nouvelles complications de santé.

Fumer de la marijuana peut aider à réduire ces effets secondaires, à réduire la douleur, à diminuer les nausées et à stimuler l’appétit. En outre, il existe d’autres médicaments cannabinoïdes approuvés par la FDA qui utilisent le THC, aux mêmes fins.

14. Amélioration des symptômes du lupus, une maladie auto-immune

La marijuana médicale est utilisée pour traiter la maladie auto-immune appelée lupus érythémateux systémique, lorsque le corps commence à s’attaquer pour des raisons inconnues. On pense que certains produits chimiques présents dans le cannabis sont responsables de calmer le système immunitaire ; ce qui est peut-être la raison pour aider à gérer les symptômes du lupus. Le reste de l’impact positif de la marijuana provient probablement des effets de la douleur et des nausées.

15. Protection du cerveau après un AVC

Des recherches (effectuées sur des rats, des souris et des singes) de l’Université de Nottingham montrent que le cannabis peut aider à protéger le cerveau contre les dommages causés par un accident vasculaire cérébral. Réduisant ainsi la taille de la zone affectée par l’accident vasculaire cérébral.

Ce n’est pas la seule recherche qui a montré des effets neuroprotecteurs du cannabis. Certaines recherches montrent que la plante peut aider à protéger le cerveau après d’autres événements traumatisants comme les commotions cérébrales.

16. Aide pour les anciens combattants souffrant de SSPT

Fumer de la marijuana est approuvée pour traiter le SSPT dans certains États d’Amérique. Au Nouveau-Mexique, le SSPT est la principale raison pour laquelle les gens obtiennent une licence pour la marijuana médicale ; mais c’est la première fois que le ministère de la Santé et des Services sociaux du gouvernement américain approuvent une proposition qui incorpore de la marijuana fumée ou vaporisée. Les cannabinoïdes naturels, similaires au THC, aident à contrôler le système qui provoque la peur et l’anxiété dans le corps et le cerveau.

17. Fumer du cannabis permet de contrôler d’autres types de spasmes musculaires

D’autres types de spasmes musculaires répondent également à la marijuana. Le patient du Dr Gupta, Chaz, souffre d’une affection appelée flutter diaphragmatique myoclonien (également connue sous le nom de maladie de Leeuwenhoek). Cela provoque des spasmes continus dans les muscles abdominaux qui sont non seulement douloureux, mais interfèrent avec la respiration et la parole.

Chaz a utilisé de la marijuana médicale pour traiter cette maladie parce que d’autres médicaments très puissants n’ont pas pu le traiter correctement. Fumer de la marijuana est en effet capable de calmer les attaques presque immédiatement, détendant également les muqueuses du diaphragme.

18. Traitement des maladies inflammatoires de l’intestin

Tout comme la maladie de Crohn, des études suggèrent que les patients atteints d’autres maladies inflammatoires de l’intestin comme la colite ulcéreuse pourraient bénéficier de la marijuana. En 2010, des chercheurs de l’Université de Nottingham ont découvert que les produits chimiques de la marijuana, y compris le THC et le cannabidiol, interagissent avec les cellules du corps qui jouent un rôle important dans la fonction intestinale et le système immunitaire.

Les produits chimiques comme le THC fabriqués par le corps augmentent la perméabilité des intestins, permettant aux bactéries d’entrer. Les cannabinoïdes d’origine végétale contenus dans la marijuana bloquent ces cannabinoïdes corporels, arrêtant ainsi cette perméabilité et resserrant le lien intestinal.

19. Fumer du cannabis aide à éliminer les cauchemars

C’est un peu compliqué car cela implique à la fois des effets positifs et négatifs. La marijuana peut perturber le cycle du sommeil en interrompant les derniers stades du sommeil paradoxal. Cependant, les personnes qui souffrent de cauchemars graves, en particulier les patients atteints de SSPT, cela peut être utile. Les cauchemars et autres rêves se produisent au cours de ces mêmes étapes du sommeil.

En interrompant le sommeil paradoxal, beaucoup de ces rêves peuvent ne pas se produire. La recherche utilisant un cannabinoïde synthétique, comme le THC, a montré une diminution du nombre de cauchemars chez les patients atteints de SSPT.

Fumer de la marijuana est peut-être une meilleure aide au sommeil que certains autres médicaments ou même l’alcool ; car ces deux derniers peuvent potentiellement avoir des effets pires sur le sommeil, bien que davantage de recherches soient nécessaires sur le sujet.

20. Protection du cerveau contre les commotions cérébrales et les traumatismes

Une étude récente dans la revue Cerebral Cortex a montré que fumer la marijuana pouvait aider à guérir le cerveau après une commotion cérébrale ou une autre blessure traumatique.

Lester Grinspoon, professeur émérite de psychiatrie et défenseur de la marijuana à Harvard, a récemment écrit une lettre ouverte au commissaire de la NFL, Roger Goodall, disant que la NFL devrait cesser de tester les joueurs pour la marijuana, et devrait plutôt financer des recherches sur la capacité de la plante de marijuana à protéger le cerveau.

Dans la lettre ouverte, il écrit :

«De nombreux médecins et chercheurs pensent déjà que la marijuana possède des propriétés neuroprotectrices incroyablement puissantes, une compréhension basée à la fois sur les données de laboratoire et les données cliniques.»

En réponse, Goodall a récemment mentionné qu’il envisagerait d’autoriser les athlètes à fumer de la marijuana si la recherche médicale montre qu’il s’agit d’un agent neuroprotecteur efficace.

Ces 20 avantages médicaux du fait de fumer du cannabis sont parmi les innombrables avantages de cette plante. Il est toujours étonnant que la marijuana à des fins médicales ne soit toujours pas légale dans la plupart des pays et conserve une réputation aussi négative.

Espérons que dans un avenir proche, la science médicale continue de prouver les avantages de fumer du cannabis dans plus de domaines ; et de faire de cette plante un remède célèbre pour tous les principaux types de maladies.

Francis Masson

Passioné de jardin, botaniste depuis ma plus jeune enfance, j'anime ce blog depuis maintenant 10 ans. Fondateur du site semonslabiodiversite.org avec plus de 350 articles à mon actif.